Mon voisin n’avait pas de TV ni de smartphone. Pour savoir quel temps il ferait les prochaines heures, il se mettait à sa fenêtre.

En observant les feuilles des arbres, les nuages dans le ciel ou le comportement des animaux, il savait anticiper la pluie.

Aujourd’hui, il suffit de regarder le bulletin météo pour savoir quel temps il va faire. C’est simple, rapide, précis.

La météo se trompe rarement : une fois sur 10 précisément. C’est dû principalement à des perturbations impossibles à prévoir avec une station météo.

Mais…elle n’a pas le même charme.

À l’approche de la pluie, l’alisier devient blanc

Quand j’avais 10 ans, je suis allée pour la première fois chez mon voisin, Georges. Il vivait seul dans un tout petit hameau. Il avait un grand jardin avec un étang, des rosiers, des magnolias, et au fond des arbres fruitiers.

Au fond du jardin, il m’a montré un petit arbuste. C’était un alisier de petite taille. Il avait des feuilles vertes et lisses sur le dessus, blanches et duveteuses sur le dessous.

alisier

L’après-midi, je suis retournée dans le jardin : je me rappelle avoir cherché l’alisier des yeux : il n’était plus là ! Il avait été remplacé par un arbre blanc !

Georges m’a simplement dit  : « ah mais oui, il va pleuvoir !  ». Et effectivement à peine 2 heures plus tard, une pluie drue a commencé à tomber.

Les feuilles de l’arbre s’étaient simplement retournées : lorsqu’elles sentent l’air se charger d’humidité, elles mettent leur face blanche vers le haut. C’est comme si elles enfilaient leur imperméable 🙂

feuilles alisier

Une branche de noisetier en guise de baromètre

Il y a un autre moyen génial de prédire la pluie :

branche noisetier météo

C’est un bout de bois de noisetier qui se plie en fonction de la pression atmosphérique. On en déduit la pluie et le beau temps arrivant dans les prochaines heures.

Le fonctionnement est simple:

•    si la branche point vers le haut, il fera beau prochainement.
•    et si la branche point vers le bas, le temps va se gâter et devenir humide…

Il se passe la même chose quand la branche est encore dans l’arbre. Le noisetier a ramené ses branches contre son tronc quand il fait beau ou chaud pour garder l’humidité dans l’arbre. Quand il pleut, les branches de l’arbre s’abaissent vers le sol.

Si vous voulez fabriquer un baromètre de noisetier vous-même, c’est mieux est de récupérer la branche au printemps (au moment où la sève de l’arbre monte).

Vous pouvez fixer la branche où vous le souhaiter à l’aide d’un simple clou, sur un tronc, un mur, une planche, le tout est que le support soit vertical… La branche ne craint pas le froid et fonctionne toute l’année! Pas de pile ou de prise d’alimentation pour ce baromètre !

Il est conseillé de suivre régulièrement l’évolution de la branche pour apprendre à la « lire » et prévoir la météo à venir. Toutes les branches ne réagissent pas exactement de la même manière, il faut se familiariser à la sienne.

C’est possible aussi de construire un panneau avec des repères plus précis.

panneau météo noisetier

Par mauvais temps, les fleurs de la carline se referment

Dans les Alpes et les Pyrénées, la plante de choix de nos ancêtres pour prédire la pluie était la carline acaule (Carlinaacaulis). Son nom vernaculaire est d’ailleurs « Le baromètre du berger ».

Les fleurs de la carline acaule s’ouvrent quand il fait beau et se referment à l’approche du mauvais temps. Curieusement, cet effet continue même quand la fleur a été séchée. D’ailleurs, autrefois, on accrochait ces fleurs aux portes d’entrée pour être informé à temps de l’arrivée imminente d’une pluie.

carline

Dans les pinèdes, la pomme de pin est l’un des pronostiqueurs de précipitations les plus fiables. Dans des conditions sèches, les écailles d’un cône s’ouvrent ; en cas d’humidité, elles absorbent l’humidité, se ramollissant un peu et se resserrant.

pin

Aussi, sachez que la pluie approche si :

•    Les fleurs du liseron, du mouron, du pissenlit se ferment dans la journée
•    La fleur de la belle-de-nuit s’ouvre
•    Les fleurs de la potentille s’étalent
•    Les fleurs de Dimorphotheca (connues pour être très sensible à la luminosité) ne sont pas encore ouvertes à midi
•    Les feuilles de la laitue s’ouvrent comme pour mieux recueillir l’eau

Il y a des menaces de vents ou de tempêtes si l’oxalis replie ses feuilles vers le bas comme ceci :

10 autres façons de prédire la météo en pleine nature

1.    L’humidité de l’air est le principal indice. Si vous avez par exemple les articulations ou d’anciennes blessures qui sont douloureuses, les cheveux qui frisent… Et si les écailles des pommes de pins, les pétales des liserons, pâquerettes, pissenlits, se referment, ce sont des signes.

2.    Les nuages : Si on résume, il y a 3 points à retenir :

•    Les nuages blancs très hauts dans le ciel indiquent le beau temps, tandis que des nuages sombres et bas signifient l’arrivée de perturbations.

•    S’il y a une couverture nuageuse le soir, la température ne baissera pas trop la nuit.

•    Si les nuages bougent dans tous les sens, le temps est perturbé… méfiance.

Et si on va un peu plus dans le détail :

nuages météo
Ces fines plumes blanches dans le ciel précèdent une série de nuages amenant une perturbation.
nuages météo
Ces nuages ressemblant à des galets ne s’accompagnent pas de précipitations mais ils annoncent un changement de temps.
Ces nimbostratus sombres et épais donnent pluie et neige en hiver, qui peuvent durer des heures.

3.    La couleur du ciel : Le soleil du soir est un indicateur météorologique bien connu : si le disque solaire est rougeoyant au coucher, ça signifie qu’il fera beau le lendemain, comme l’affirme le dicton « Ciel rouge le soir, laisse bon espoir ». Par contre s’il est rougeoyant au lever, le temps va mal tourner. Le dicton populaire est : « Ciel rouge le matin, pluie en chemin ».

Cependant, toute règle a son exception. Ainsi, quand le vent ne vient pas de l’ouest, mais du sud ou même de l’est, le soleil du soir et celui du matin ne sont pas des indicateurs fiables.

4.    Les arcs-en-ciel : Le matin = mauvais signe étant donné que la pluie vient généralement de l’ouest vers l’est. Le soir = bon signe.

5.    Le sens du vent. Sans boussoles, jetez de l’herbe ou de la poussière en l’air… Généralement en météorologie : vent du sud = chaleur, du nord = froid, d’est = humidité, d’ouest = sec. Si le vent se lève d’un coup avec de fortes rafales, c’est mauvais signe.

6.    L’odeur de l’air : si vous sentez des odeurs plus fortes, de compostes, ou d’égouts, ce sont les végétaux qui « dégazent » avant les pluies. Idem aux abords des marais et autres tourbes pour les orages… De même pour les lâchés de pollens, les fleurs sentent meilleur ou du moins plus fort.

7.    Les oiseaux. Un proverbe vieux proverbe provençal dit : « quand vole bas l’aronde, attends que la pluie tombe ». C’est parce que quand il y a des intempéries à venir, les changements de pression et d’humidité sont plus brutaux haut dans le ciel, et donc les oiseaux volent plus bas.

ciel oiseaux météo

8.    Les fourmis sont éparpillées par temps clément, en ligne par temps pluvieux ; les vaches toutes regroupées au sol annoncent une pluie imminente ; les chevaux grattent le sol et deviennent nerveux à l’approche de l’orage. Les vers de terre remontent et sortent du sol avant la pluie.

9.    Les avions laissent une traînée persistante dans le ciel lorsque le temps devient humide, elles s’effacent rapidement lors d’améliorations.

10.    Les sons lointains (clochers, voitures, cascades…) s’entendent mieux qu’à l’habitude quand il va pleuvoir ou qu’il va faire très froid.

Prédire la météo de cette manière n’est pas forcément plus fiable que la météo qu’on consulte dans le journal ou à la télé, mais ça permet d’être plus serein et connecté à ce qui nous entoure.

Ça pousse à prendre conscience de choses auxquelles on n’avait jusque-là prêté aucune attention 🙂

A très vite,

Mathilde Combes